Vous êtes ici
Accueil > High Tech & Informatique > Tout savoir sur la création d’un jeu indé: l’exemple de Bob Games

Tout savoir sur la création d’un jeu indé: l’exemple de Bob Games

Aujourd’hui nous avons eu la chance d’interviewer Jérôme, directeur du studio indépendant de jeux vidéo Bob Games. Ce dernier est notamment à l’origine du jeu de réflexion / énigme « Bob Finder » disponible sur Android depuis juillet 2016.

Futurs créateurs de jeux vidéo ou simples curieux, Jérôme vous dévoile l’envers du décor pour tout savoir sur les studios indépendants et amateurs !

Bonjour Jérôme, alias Bob Games, peux-tu te présenter s’il te plait ?

Bonjour à tous ! Je suis Jérôme, j’ai 24 ans et je suis né en Corse mais j’habite à Marseille depuis maintenant six ans. Je finis mes études cette année, et j’adore créer des jeux vidéo durant mon temps libre ! Cela fait maintenant presque une année que j’essaye de développer des jeux de manière indépendante, c’est pourquoi j’ai créé l’entité Bob Games, qui est un studio de jeux vidéo.

Quel est ton parcours ?

J’ai fait toutes mes études supérieures à Marseille dans l’ingénierie de la thermique et de la construction, donc rien à voir avec le domaine du jeu vidéo !

J’ai réellement touché à la programmation durant mes années de prépa durant lesquelles je suis parti des bases en étudiant le langage Python et la science des algorithmes. En entrant en école d’ingénieurs, j’ai eu la chance d’avoir un cours d’introduction au langage C, le langage qui a inspiré quasiment tous les autres. Ce cours était très ludique puisqu’il était question de créer un jeu vidéo, le fameux Space Invaders ! Je me suis tellement investi et j’ai tellement aimé ce cours que j’ai réussi à obtenir la note maximale. C’était clair pour moi, je voulais créer des jeux vidéo !

Quelques mois plus tard, j’ai ouvert mon propre serveur multijoueur sur GTA San Andreas (SA:MP pour les connaisseurs). Pour faire court, j’avais modifié le jeu original pour y incorporer tout un tas de fonctions qui n’y étaient pas à la base : chaque joueur qui entrait sur le serveur pouvait avoir un métier, une voiture, un appartement, faire partie d’un gang, etc. Malheureusement, mes études à côté me prenaient trop de temps, et je n’ai pas pu continuer à programmer. J’y passais au moins cinq heures par jour en semaine après mes cours, et une quinzaine d’heures pendant le week-end !

L’été dernier, je me suis intéressé à la création de jeux vidéo sur mobile et en faisant des recherches sur notre cher ami Google, j’ai vu que le dernier RPG Maker, la version MV, proposait l’exportation facile sur mobile. Comme j’avais déjà bossé sur RPG Maker durant mon adolescence, je me suis lancé là-dedans car je trouvais ce logiciel très ludique et simple d’utilisation, même s’il comporte pas mal de défauts en réalité. Le projet Bob Finder était né !

D’où t’est venue cette envie de créer des jeux vidéo?

J’ai toujours aimé la création en général, j’ai toujours énormément d’idées et de projets sur à peu près tout, et ma to-do-list ne cesse de s’agrandir chaque jour. Je ne suis pas un vrai gamer, car je joue très peu aux jeux vidéo, mais j’adore tout le processus de création des jeux vidéo.

Un jour, en jouant au très bon That Level Again, je me suis dit que créer un jeu vidéo simple mais amusant pouvait être à la portée de tous, et c’est là que je me suis lancé dans cette longue mais enrichissante entreprise.

That Level Again et l’idée du gros bouton rouge au milieu

Créer un jeu vidéo: comment fait-on ? L’exemple de Bob Finder.

  • Présente nous le jeu s’il te plait 😊

Bob Finder est un jeu d’énigmes et de réflexion en RPG 2D (vue de haut à la Pokemon), disponible gratuitement sur Android. On contrôle un petit bonhomme tout noir du nom de Bob, et le but est de sortir de la pièce dans laquelle il est enfermé. Dans la salle, on trouve plein d’objets avec lesquels on peut interagir : un gros bouton rouge au milieu, un levier jaune qui fonctionne une fois sur deux, une plante pas si banale que ça, un squelette un peu étrange et encore pas mal d’objets à découvrir.

La seule et unique pièce de Bob Finder

L’aspect particulier de Bob Finder est que les décors de chaque niveau sont identiques, mais la façon de résoudre le niveau change à chaque fois. Par exemple, dans le premier niveau, il suffit simplement d’appuyer sur le bouton rouge, mais certains niveaux sont plus complexes. Il faudra par exemple trouver des objets en fouillant dans le niveau, ou bien déchiffrer des codes secrets. En fait, beaucoup de types d’énigmes différents sont présents dans le jeu, pour satisfaire tous les goûts. L’avantage de ce jeu par rapport aux autres est qu’il ne nécessite pas de connaissances poussées dans un domaine et qu’il est à la portée de tous (un enfant de 10 ans a fini le jeu devant moi il y a quelques mois).

Certes, le principe n’est pas novateur, mais je n’ai jamais encore vu de jeu dans ce style précis et il a gagné le prix du Meilleur jeu Indépendant il y a deux mois lors d’un salon du jeu vidéo, aux côtés de vraies équipes de développeurs de jeux vidéo, ce qui est plutôt encourageant.

Vidéo du gameplay du jeu:

  • Pourquoi un développement sur téléphone et uniquement sur Android ? A quand une version iOS ?

En créant mon premier jeu vidéo, je voulais en fait acquérir de l’expérience sur la façon dont on crée, développe et publie un jeu. Je pensais que la façon la plus rapide, simple et bon marché d’acquérir cette fameuse expérience était de publier sur le PlayStore. Les avantages sont multiples :

  • RPG Maker MV permet en quelques clics d’exporter son jeu pour les appareils Android
  • Les frais d’entrée au PlayStore ne sont que 25$ pour toute la vie, alors qu’Apple demande 80$ par an
  • Il n’y a pas vraiment de filtre au niveau de la qualité d’une application, contrairement à la plateforme Steam, où il est nécessaire de présenter son jeu à la communauté Steam, qui décide de publier le jeu ou non (le fameux Greenlight Steam). On peut donc confronter son jeu directement au marché

Quelques mois après la publication de mon jeu sur le PlayStore, j’ai découvert un site qui permet de mettre son jeu en ligne de façon totalement gratuite, et on peut même se faire payer ou recevoir des dons. Le site est en anglais et s’appelle itch.io, je le conseille vivement pour démarrer.

Toutefois, une sortie sur iOs n’est pas à exclure et une sortie sur Steam est en route, le jeu étant à ce jour soumis au processus de validation du Steam et nécessite assez de votes positifs pour être disponible sur Steam.

N’oubliez pas que peu importe la plateforme de sortie, au moins 30% du prix de votre jeu sera reversé directement à votre hébergeur/éditeur.

  • Quelles sont les grandes étapes lors de la création d’un jeu vidéo, les compétences à avoir, est-il indispensable d’avoir une équipe, … ? De A à Z, de l’idée d’origine à la commercialisation, la gestion des clients et des MAJ, on veut tout savoir !

Pour un premier jeu vidéo, il n’est pas nécessaire d’avoir une équipe entière, surtout si l’on désire être le chef de projet du jeu. Je pense même qu’il ait mieux de démarrer tout seul pour vraiment appréhender tous les côtés du jeu vidéo, et se faire aider ponctuellement au cas où. Un vrai chef de projet se doit de connaître un peu tous les domaines du jeu vidéo pour savoir superviser son équipe. Gérer une équipe est un métier à part entière, et tout n’est pas rose tout le temps avec une équipe : il y a toujours des gens moins motivés, qui ne font pas les choses comme vous aimeriez, la communication n’est pas toujours optimale, etc. Par-dessus le marché, il vous faudra trouver des coéquipiers voulant travailler gratuitement (puisque si vous démarrez dans le domaine, vous n’avez que très peu de fonds disponibles), et obéissant à vos règles et recommandations. Très difficile !

Après un ou deux jeux à son actif, je pense qu’il est intéressant de s’entourer de coéquipiers. En effet, l’expérience nouvellement acquise permettra de choisir les bons éléments, et d’écarter les choses superflues et inutiles.

A gauche, l’esquisse de Bob dans le cahier des charges, et à droite, sa version finale

On croit souvent que créer un jeu vidéo ne consiste qu’en la programmation pure et dure, alors qu’il y a tout un tas de choses auxquelles on ne pense pas forcément comme la musique, les graphismes, la psychologie, le marketing, le financement et même la comptabilité. La création d’un jeu est un projet très complexe aux multiples facettes ! Heureusement, internet est une ressource illimitée de cours et de tutoriels, gratuits ou non sur tous les sujets possibles, profitez-en !

Toutefois, peu importe le jeu vidéo, la première étape INDISPENSABLE est l’écriture du jeu. Comme l’écriture d’un film, on va devoir détailler tous les détails du jeu : biographies des personnages, type et moteur de jeu, nombre de joueurs, pitch, principe, public de destination, décors, détails des niveaux, gameplay, menus, système de rémunération si c’est un jeu payant, ennemis, armes, etc. En lisant ce document, on doit être capable de créer le jeu vidéo. C’est une sorte de cahier des charges du projet, et il doit être le plus complet possible. Cette bible vous servira tout au long de la vie de votre jeu. Un doute sur un élément de décor ? On regarde la bible !

Une fois le jeu terminé, testé et retesté, il faudra le distribuer. Selon les plateformes sur lesquelles va tourner votre jeu, vous aurez le choix entre sortir le jeu sur des sites gratuits comme itchi.io, zebest3000 et consorts, des plateformes payantes comme Steam, Desura pour les jeux indépendants, ou bien trouver sortir son jeu sur console de salon, mais je ne connais pas assez ce secteur pour en parler.

La description des 9 premiers niveaux de Bob Finder

Bien sûr, si vous avez réussi en amont à construire une communauté sur un forum ou des réseaux sociaux, autour de vos valeurs, la communication sera plus aisée et la publication aura moins de chance de faire un flop. En effet, vous pouvez avoir fait le meilleur jeu du monde que tout le monde s’arrachera, si personne est au courant, vous n’irez pas très loin. C’est pourquoi, pensez à l’aspect communicatif dès le début de votre projet en tenant votre communauté au courant de l’avancée du jeu. Pour ma part, j’utilise souvent les « jeux concours » pour essayer de faire connaître Bob Finder. D’ailleurs, en ce moment se déroule un concours ouvert à tous les steamers de jeux vidéo, avec un gros lot à la clef, et une tombola va avoir lieu le mois prochain.

Pour la gestion des versions d’un jeu, je conseille simplement d’utiliser un petit document texte et d’y inscrire toutes les améliorations que vous avez effectuées entre deux versions. D’une part, pour pouvoir en informer vos joueurs, et d’autre part pour avoir un suivi sans faille de votre jeu.

Fichier servant au suivi des mises à jour
  • Quels ont été les principaux obstacles que tu as rencontrés en créant Bob Finder ?

Mon parcours personnel et professionnel m’a tout de même aidé dans la gestion de projet et même si j’ai insisté sur l’écriture d’un cahier des charges très complet pour ne pas faire les choses de façon désordonnée et avoir un suivi du projet sans faille. Malheureusement, le mien était tout sauf complet, même s’il comportait déjà des choses pour un premier jeu amateur. Beaucoup de choses ont été ajoutées au fur et à mesure que je programmais le jeu. Cela a eu pour conséquence une programmation peu optimisée et difficilement modifiable. Par exemple, Bob Finder n’a pas été pensé pour être multilingue, et la traduction du jeu va être très longue et fastidieuse, alors que le jeu ne comporte que très peu de texte différent, et une journée aurait suffi pour le traduire en réalité. Il faut vraiment penser le jeu dans sa globalité et non sur des points particuliers pour ne pas se retrouver embêter à mi-parcours. Aussi, les dialogues ont été écrits à la volée, et manquent parfois de profondeur. En fait, seuls les décors et la résolution de chaque niveau avaient été écrits à l’avance. Dernière chose, même si apprendre la base dans la programmation, le marketing, ou le financement s’apprend aisément, des compétences de graphistes peuvent difficilement s’acquérir.

Grâce à l’expérience que j’ai pu accumuler avec Bob Finder, mon prochain jeu sera beaucoup mieux pensé et organisé.

A droite, le premier logo de Bob Games fait par Jérôme, le créateur, et à gauche le logo fait par un vrai graphiste. On voit bien que Jérôme a BAC+5 en maîtrise de Paint
  • Quel est le business model de Bob Finder ? Bob Games ?

C’est une question très complexe, surtout pour un jeu mobile. D’un côté, à cause de l’ère du « tout gratuit », les gens (moi compris), sont psychologiquement réticents à payer pour un jeu sur mobile, alors qu’il y une quinzaine d’années on payait 5 € par jeu mobile. D’un autre côté, les gens n’aiment pas la publicité (moi compris). Comment trouver un modèle viable dans ce cas ? J’ai essayé de mixer habilement de la publicité (la moins intrusive possible), et des achats intégrés. Le gros problème est que RPG Maker MV n’a pas du tout été pensé pour ce genre de choses, et il est quasiment impossible d’appliquer ce business model.

Avec persévérance, j’ai réussi à intégrer une publicité si le joueur demande à voir un indice pour résoudre le niveau. Je trouve que cela est un bon compromis pour le joueur, qui n’est pas obligé de voir une publicité. Toutefois, pour se rémunérer correctement avec la publicité, il faut un très gros volume de joueurs, et à ce jour, la publicité m’a rapporté 0,60 euro, et encore, parce que c’est moi qui ai cliqué sur la publicité pour la tester.

La personnalisation de Bob devait être la principale rentrée d’argent du jeu grâce aux achats intégrés

Le modèle d’achats intégrés avait été prévu, mais la technologie de RPG Maker ne permet pas de faire cela. Il avait été prévu pour l’accessoirisation de Bob (chapeaux, masques, déguisements, etc), ainsi que pour des objets bonus tels que Passe-Niveau, Doubleur de Bob-Gold, etc.

Actuellement, Bob Finder n’a aucune source de revenus. Peut-être qu’avec la version Steam, le jeu pourra dégager un peu d’argent, encore faut-il être validé !

Je pense donc que pour un premier jeu vidéo, surtout s’il est amateur, devrait être gratuit, surtout pour se faire un nom dans le secteur, et que le prix devra être adapté en fonction du public, et de la plateforme.

Quelles seront les prochaines étapes pour toi et Bob Games ?

Pour l’instant, le studio Bob Games ne m’a pas rapporté d’argent, et j’en suis à plusieurs centaines d’euros dépensés en près d’un an. Je prends donc plutôt cela comme un loisir lambda pour l’instant, même si à terme, j’aimerais que ce studio me rapporte de l’argent.

Bob Games a été pensé pour être un ensemble de jeux vidéo basé autour d’un personnage unique tout noir, Bob. Au programme, il est censé y avoir :

  • Bob Runner, un jeu où Bob court indéfiniment pour ramasser des pièces et des bonus. Classique dans le principe, mais il aura une particularité qu’un Runner du même type ne possède, ce qui changera complètement le gameplay !
  • Bob Zombie : un mix entre un tower defense et un survival-zombie en équipe ou en solo, avec possibilité de jouer dans l’équipe des zombies.
  • Et encore une dizaine de jeux qui sont en projet, mais beaucoup moins aboutis que les précédents, comme Boberman, Bob Karting, Bob Jumper, etc. Des principes et gameplays apparemment déjà vus et revus, mais avec toujours un petit truc en plus qui change tout !

Si vous voulez être au courant de toute l’actualité Bob Games, suivez la page Facebook, le compte Twitter ou même le blog.

Tes conseils pour ceux qui voudraient se lancer ?

Il faut persévérer, et ne jamais abandonner, peu importe les difficultés ! Allez à votre rythme, chaque jour, ajoutez une pierre de plus à l’édifice. Entre la première version, et la version finale de Bob, il s’est passé 8 mois. Le jeu est pourtant très basique au niveau de la programmation.

Ensuite, ne croyez pas que la création de jeu n’est que de la programmation. Pensez large, et prenez en compte tous les aspects du projet.

Pour tester un peu la programmation de jeu vidéo, vous amuser et apprendre les bases, je vous conseille RPG Maker MV, Construct 2 ou GameMaker. Il y a beaucoup de tutos sur internet, et vous pouvez tester pas mal de choses à moindre coût.

Interface de programmation de Bob Finder à travers RPG Maker MV

Dernière chose, si vous faites ça pour l’argent, ne vous lancez pas dans ce genre de projets. Il y a très peu de personnes qui arrivent à dégager de l’argent, et de toute façon, si l’argent est votre seule motivation, vous abandonnerez très vite. Il faut que ce soit une passion et un plaisir de créer un jeu, pas une contrainte !

Un message pour nos lecteurs ?

Cela me fait très plaisir d’être parmi vous aujourd’hui ! J’ai essayé d’être le plus clair et concis possible, et je serai heureux d’approfondir un point avec vous en commentaire sur l’article ou bien via les réseaux sociaux. Je n’ai malheureusement pas pu entrer dans tous les détails, et j’ai omis beaucoup de choses, et j’espère que vos lecteurs les plus aguerris ne m’en porteront pas rigueur.

Par ailleurs, je souhaiterais récompenser vos lecteurs les plus fidèles en tirant au sort 2 personnes pour un petit cadeau Made in Bob Games, qu’en dites-vous ?

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

N’hésitez pas à encourager Jérôme et Bob Games dans les commentaires ou en téléchargeant Bob Finder !

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on Pinterest

Articles similaires

2 thoughts on “Tout savoir sur la création d’un jeu indé: l’exemple de Bob Games

  1. Je me baladais sur internet quand je suis tombé sur cet article, autant dire que je m’y attendais pas hahaha
    Pour l’avoir quasiment terminé, le jeu est vraiment surprenant! Au début le jeu peut paraître simpliste, mais on y prend rapidement goût et la difficulté est progressive et surtout bien dosée pour être à la fois prise de tête et agréable. Bien joué à toi Jérôme !

    Signé un mec qui s’etait perdu sur le play store :p

    1. Ahah Pépito, bien content que tu te sois perdu sur le Playstore et que ta balade internet t’ai mené jusqu’à nous 😀 En espérant que tu continues de faire des découvertes Geek sympas 🙂

Laisser un commentaire

Haut de page